⏱ Temps de lecture : 2 minutes 30

Ces dernières années, les étales des supermarchés se sont remplies de marques aux emballages verts et aux slogans écologiques. C’est bon signe. Ça montre que les consommateur·rice·s arrivent à faire entendre leur voix pour consommer autrement. Le problème, c’est que la plupart de ces produits supposément verts ne relèvent que du greenwashing. Cette pratique bien connue des marketeux consiste à utiliser les codes de l’écologie, dans le but de donner une meilleure image d’une entreprise ou d’un produit. Pour dire les choses autrement, les slogans, les mots et les couleurs sont utilisés pour nous suggérer quelque chose qui n’existe pas ou nous cacher une autre réalité, dans l’unique but de nous inciter à acheter. En fait, ça nous donne l’illusion de changer, de mieux faire, d’investir notre argent dans des causes plus justes, mais ce n’est pas exactement ça.

Alors, pour vous aider à y voir plus clair, j’ai décidé de faire le point sur les nombreux labels que les industriels affichent fièrement sur leurs emballages. Face au flot d’informations, on a parfois du mal à s’y retrouver. On connaît tou·te·s le petit bonhomme qui jette son emballage à la poubelle ou encore les trois flèches vertes triangulaires, mais sait-on vraiment ce qu’ils signifient ?

Les faux amis

Le point vert est présent sur 95% des emballages. Il indique que l’entreprise qui met en vente le produit participe financièrement à la collecte, au tri et au recyclage des emballages via le dispositif Eco-Emballages. Ce symbole est voué à disparaître progressivement puisqu’il induit trop souvent en erreur, laissant penser que l’emballage est recyclé ou recyclable alors que ce n’est pas nécessairement le cas.

Point vert

Rappelez-vous bien de celui-là : le Tidyman. Il n’indique pas que votre emballage est recyclable. Il incite seulement à jeter ses déchets dans une poubelle plutôt que sur la voie publique. Du simple bon sens ! 

Tidyman

La recyclabilité

Après Tidyman, voici Triman. Il est obligatoire depuis le 1er janvier 2015 pour tous les producteurs, importateurs et distributeurs de produits recyclables soumis à un dispositif de responsabilité élargie et qui relèvent d’une consigne de tri. Il ne veut pas dire que le déchet va forcément dans la poubelle de recyclage, mais qu’il est soumis à une règle de tri. Evidemment, ça peut être la poubelle jaune pour les emballages, mais aussi la reprise en magasin pour les équipements électriques et électroniques ou les bornes spécifiques pour les piles par exemple.

Le ruban de Mobius a été développé dans les années 1970. Il signifie que l’emballage est recyclable. Si un pourcentage est présent au centre, alors il représente la quantité de matières recyclées utilisées pour fabriquer le produit. 

Ruban de Mobius

C’est sans doute le logo le plus répandu. Créé par Citeo en 2012 afin de simplifier les informations de tri sur les emballages, il est assez plébiscité par les consommateur·rice·s pour la clarté de l’information. Inutile de vous l’expliquer, il parle par lui-même !

Consignes de tri

Ces symboles représentent les différents types de plastiques. Attention, ils sont entourés du fameux ruban de Mobius mais ne sont pas tous recyclables. Seul le PET, utilisé pour les bouteilles ou les bidons colorés, et le PEHD, utilisé pour les bouteilles ou bidons opaques, sont facilement recyclables aujourd’hui.

Types de plastiques

Et maintenant, c’est au tour de l’aluminium et de l’acier. Ces symboles indiquent que l’emballage est recyclable.

Acier recyclable

Le label Cradle to Cradle, qui signifie « du berceau au berceau », certifie qu’un produit fabriqué doit pouvoir, en fin de vie, produire à nouveau le même produit, sans aucun autre ajout que de l’énergie.

Cradle-to-cradle

La compostabilité 

Pour aller plus loin que la recyclabilité, il est possible de vérifier que ce que l’on achète est bien compostable. 

Ce label vous assure que l’emballage rentre bien dans la norme Européenne NF EN 13432 et qu’il se dégrade à 90% en 6 mois dans des conditions de compostage industriel. Bon, aujourd’hui, les biodéchets ne sont ni collectés ni traités en France, votre emballage ne pourra donc pas être composté pour le moment.

Ok compost

Et celui-là, où l’on a ajouté la mention “Home”, vous assure que l’emballage pourra se dégrader facilement dans des conditions de compostage à la maison. C’est donc celui-là qu’il faut chercher si vous triez et valorisez déjà vos biodéchets !

Ok compost home

Avec tout ça, vous devriez pouvoir vous y retrouvez plus facilement au moment d’acheter des produits et de jeter leurs emballages. Mais au final, le plus important, ce n’est pas d’apprendre la signification de tous les labels par coeur. Le plus important, on vous le répètera encore et encore, c’est plutôt de réduire sa production de déchets à la source et de s’engager dans une démarche zéro-déchet. Vous économiserez des ressources précieuses pour la planète et, en plus, vous éviterez de vous creuser la tête face à vos poubelles. Et si jamais il y a encore des déchets que vous n’arrivez pas à éviter, pensez à ce guide qui sera toujours là pour vous.

Pour aller plus loin

🤯 Le vrai problème, ce n’est pas le plastique
💡 6 conseils pour réduire ses déchets

Des remarques, des suggestions pour les prochains sujets ? Répondez-nous en commentaire.

Alexandra

Alexandra

Bénévole Blutopia

Répondre