⏱ Temps de lecture : 2 minutes 40

La semaine dernière, je vous expliquais comment je suis devenue végétalienne du jour au lendemain. Je ne vous ai parlé que de viande, alors aujourd’hui, c’est au tour des produits laitiers. Difficile de s’en passer quand on aime finir tous ses repas par un petit morceau de fromage sur du pain, et pourtant…

Le problème : les produits laitiers

La France et les produits laitiers, c’est une vraie histoire d’amour. Il existe près de 1 200 variétés de fromages. Un·e Français·e consomme en moyenne 60 litres de lait et 25 kilos de fromage chaque année ! Et vous vous en doutez, les produits laitiers, comme la viande, sont issus de l’élevage. Pour répondre à la demande, les vaches, les chèvres et les brebis produisent plus de 24 milliards de litres de lait par an.  Puisque j’ai déjà parlé longuement de l’élevage dans la newsletter de dimanche dernier, je ne vais pas me répéter ici. Si vous ne l’avez pas encore lue, vous pouvez la retrouver ici.

L’étude de Joseph Poore et Thomas Nemecek, publiée sur Science, résume bien la situation. La viande et les produits laitiers ne fournissent que 18% de nos calories et 37 % de nos protéines, tout en accaparant plus de 80% des terres cultivables et en produisant 60% des gaz à effet de serre issus de l’agriculture. « Passer à un régime végétalien est probablement la seule solution véritablement efficace pour réduire son impact sur la planète, non seulement sur les émissions de gaz à effet de serre, mais aussi sur l’acidification, l’eutrophisation, l’exploitation des terres et la consommation d’eau à une échelle mondiale. Stopper toute consommation de produits animaux a des effets bien plus bénéfiques pour l’environnement que d’essayer d’acheter de la viande et des produits laitiers fabriqués durablement. » Ce n’est pas moi que le dis, mais je suis bien d’accord avec Joseph Poore, le directeur de l’étude.

La solution : le lait végétal et le faux-mage

Selon Greenpeace, si tout le monde divisait par 2 sa quantité de protéines animales, on pourrait dégager assez de nourriture pour 2 milliards de personnes supplémentaires. C’est le nombre d’habitant·e·s qui devraient s’ajouter à la population actuelle d’ici 2050. Comme d’habitude, j’ai une bonne nouvelle pour vous. Pour remplacer les produits laitiers, il y a pas mal d’options : 

  • Le lait végétal fait à partir de noix de coco, d’amandes, de soja, de riz ou encore d’avoine. Il y en a pour tous les goûts. Evidemment, tous n’ont pas la même empreinte écologique, mais en moyenne, la production d’un verre de lait de vache produit presque 3 fois plus d’émissions de gaz à effet de serre que les laits végétaux. Et la différence est encore plus marquée si on compare l’utilisation des terres.
  • Le faux-mage ou le vromage, autrement dit, le fromage végétal. Là aussi, il y en a pour tous les goûts. Généralement, ils sont fabriqués à partir de noix de cajou ou de soja et le résultat peut être bluffant. Marie Laforêt, cheffe vegan dont je vous ai déjà parlé dans une newsletter, a même dédié un livre complet aux fromages vegan.

Notre sélection*

Lait d’avoine maison

Pour remplacer le lait, j’aurais simplement pu vous dire d’acheter du lait végétal dans une épicerie bio à côté de chez vous, mais vous n’avez pas besoin de moi pour ça. Et puis, toutes ces briques de laits industriels, ça fait quand même beaucoup de déchets. Alors, je vous partage cette recette de Deliacious pour obtenir un lait d’avoine maison délicieux. Avec Julien, on en a toujours au frigo pour pouvoir se préparer un bon latte ou un pudding de chia avec notre granola maison.

Pour plus de recettes, rendez-vous sur le compte Instagram ou le blog de Deliacious

Passion fromage avec Tomm’Pousse

La dernière étape avant que je devienne 100% végétalienne, c’était le fromage. J’adorais ça. Je pouvais en manger matin, midi et soir. Pourtant, plus je me renseignais sur son impact et moins j’étais contente d’en manger. Alors, je m’en suis passée… jusqu’à ce que je découvre Tomm’Pousse.

C’est une entreprise artisanale basée à Nanterre, en région parisienne, qui a été créée en 2016. Leur mission, c’est faire évoluer les habitudes alimentaires, pour qu’elles deviennent meilleures pour la santé et pour la planète. Tomm’Pousse revisite la gastronomie française avec des spécialités végétales à base de noix de cajou fermentées qui n’ont rien à envier aux fromages traditionnels. Leurs fromages sont affinés pendant plusieurs semaines et tous ont un goût bien particulier. Le petit plus ? Ils sont emballés dans du papier recyclable et dans un carton compostable issu de déchets agricoles. Garantie 0 plastique.

Si vous devez n’en choisir qu’un, je vous conseille le CamemVert nature : une valeur sûre qui plaît à tout le monde !

* Cette newsletter est 100% indépendante. Blutopia n’est pas rémunérée par les marques et personnalités présentes dans cette sélection.

D’autres idées pour remplacer les produits laitiers ? N’hésitez pas à nous les partager en commentaire.

Malaury

Malaury

Co-fondatrice de Blutopia

Répondre