⏱ Temps de lecture : 4 minutes

Vous avez prévu de voter ? 47,9 millions de personnes sont inscrites sur les listes électorales en France d’après l’Insee. Autrement dit, 94 % des Français·es majeur·e·s sont appelé·e·s aux urnes pour les élections départementales et régionales dont les premiers tours ont lieu aujourd’hui.

Si j’ai décidé d’y dédier cette newsletter, c’est parce que 50 à 70 % des solutions pour lutter contre le changement climatique se jouent à l’échelle locale selon le GIEC, le Groupe d’expert·e·s intergouvernemental sur l’évolution du climat. Alors contrairement aux idées reçues, tout ne se joue pas à l’échelle présidentielle.

Le problème : l’abstention

À chaque fois que je pose la question autour de moi, on me répond non. « Non, je n’irai pas voter. » En cause ? Le manque d’envie, l’oubli de la procuration, le désintérêt, la défiance envers les politiques et j’en passe. Ces élections sont délaissées, et ça ne va pas en s’arrangeant. Cette année, l’IFOP estime que le taux d’abstention pourrait atteindre un record absolu de 60 %.

Si les plus de 60 ans continuent de se mobiliser, c’est de moins en moins le cas des 18-34 ans. Et ça s’est confirmé à mon bureau de vote ce matin. Moyenne d’âge ? 70 ans. Pourtant, l’avenir de l’océan et de l’ensemble des vivant·e·s se joue aussi maintenant. Vous avez vraiment envie de laisser l’ancienne génération décider de notre futur ? Moi, non.

Les régionales

🔎 Le rôle des régions

L’ensemble des régions a disposé en 2019 d’un budget de 35 milliards d’euros, soit près de 15 % des dépenses des collectivités locales, selon un rapport de Régions de France. Voici ce que les régions peuvent faire, entre autres, pour lutter contre le changement climatique et préserver la biodiversité :

  • Aménagement du territoire et de l’environnement : 
    • Améliorer la gestion des déchets
    • Agir sur l’urbanisation
    • Lutter contre l’artificialisation des sols
    • Contribuer à l’adaptation des forêts au changement climatique 
    • Créer et gérer des parcs naturels régionaux
  • Transports : 
    • Favoriser la mobilité ferroviaire à travers une tarification solidaire, l’augmentation du nombre de trains, la création de parkings à vélos dans les gares ou de places réservées dans les wagons
    • Faciliter l’utilisation du vélo grâce à l’amélioration du réseau cyclable hors des villes et à la mise en place de subventions à l’achat de vélos électriques
    • Encourager les transports en commun interurbains
    • Arrêter de subventionner les aéroports et refuser leurs extensions
  • Agriculture et alimentation : 
    • Développer l’agroforesterie et l’agroécologie
    • Encourager des pratiques vertueuses comme le développement des cultures de légumineuses, alternative aux protéines animales
  • Energies : 
    • Contribuer au développement de régies locales et citoyennes d’énergies renouvelables 
    • Accompagner la rénovation énergétique des logements 
  • Lycées :
    • Proposer des menus végétaliens, bios et locaux dans les cantines
    • Financer les interventions d’associations auprès des lycén·ne·s (cc Blutopia)
    • Financer la rénovation énergétique des lycées
  • Formation et développement économique : 
    • Développer les formations professionnelles vers les métiers de la transition
    • Soutenir financièrement les entreprises qui participent à la transition
    • Accompagner les reconversions des secteurs les plus émetteurs

🗳 Le scrutin

© brief.me avec WEDODATA

Les départementales

🔎 Le rôle des départements

Mis de côté par les grands médias d’information, les départements ont encore plus de poids que les régions. En 2019, le budget des départements s’élevait à 68 milliards d’euros, soit presque 2 fois plus que celui des régions.

Leurs compétences principales ? L’aide sociale, les collèges et les infrastructures. Même si celles-ci sont plus liées aux enjeux sociaux qu’écologiques, tous les combats sont liés. La crise écologique ne sera pas réglée si la crise sociale ne l’est pas, et inversement.

🗳 Le scrutin

© brief.me avec WEDODATA

La solution de la semaine : voter

Une enquête menée par Harris Interactive et Réseau Action Climat en avril 2021 a montré que pour 80 % des Français·es, le climat est un facteur de vote important pour les élections régionales. Alors, il est temps de le faire savoir et d’aller voter.

Pour les régionales, la proportionnelle donne une chance à toutes les listes de peser sur les décisions au sein du conseil. Contrairement aux présidentielles, inutile de voter stratégique : mieux vaut voter pour la liste qui se rapproche le plus de vos convictions les plus profondes.

50 à 70 % des solutions pour lutter contre le changement climatique se jouent à l’échelle locale.

GIEC

Pour aller plus loin : faites votre choix

🗳 Les programmes

Si vous êtes inscrit·e sur les listes électorales, vous avez dû les recevoir par la Poste. Les programmes sont clés pour bien comprendre ce qui se joue lors des élections départementales et régionales. Vous y découvrirez les positions et les propositions de chaque liste.

🗣 Les débats pour les élections régionales sur France 3

Si les programmes ne vous suffisent pas, vous pouvez regarder le débat pour les élections régionales qui vous concernent. C’est toujours plus parlant de voir les candidats s’exprimer, réagir aux questions des journalistes et aux annonces de leurs concurrent·e·s en direct.

📊 Analyse de l’ambition climatique des programmes par Réseau Action Climat

Réseau Action Climat a décrypté les programmes des candidat·e·s aux élections régionales au prisme des actions prévues pour lutter contre le dérèglement climatique et pour la justice sociale. Seules les 4 listes principales de chaque région ont été analysées, mais c’est déjà un bon début.

Des questions, des suggestions ? J’adore vous lire, alors n’hésitez pas à m’écrire en commentaire.

Malaury Morin

Malaury Morin

Co-fondatrice & Content Manager de Blutopia

Leave a Reply