Skip to main content

On a le sujet de notre prochain docu 😲

⏱ Temps de lecture : 3 minutes

Après une courte pause bien méritée à La Rochelle, on est de nouveau sur les routes ! Cette fois-ci, c’est la Bretagne que l’on explore en allant de Saint-Brieuc à Lorient par le littoral, avant de finir à Rennes dans quelques jours. Ni Alix, ni Julien, ni moi ne connaissions vraiment la région, et autant vous dire qu’on ne s’attendait pas à ça ! 

Première chose : jusqu’à aujourd’hui, on n’avait eu que du soleil. La météo est loin d’être aussi catastrophique que l’on nous laisse croire. Deuxième chose : on dirait bien qu’on est arrivé·e·s au pays du stop. À peine on lève le pouce que les voitures s’arrêtent pour nous demander où l’on va. Ça n’a jamais été aussi simple !

La plupart du temps, on est donc (très) bien reçu·e·s. On est même si bien reçu·e·s que plusieurs de nos hôtes breton·ne·s ont décidé de nous amener en voiture à la destination suivante pour nous faire gagner un peu de temps et nous économiser un peu d’énergie.

Malheureusement, l’accueil n’est pas toujours aussi chaleureux. À Saint-Quay-Portrieux, on avait prévu de rencontrer un pêcheur de coquilles Saint-Jacques en plongée, mais il a annulé au dernier moment. Une fois sur place, on a décidé d’aller échanger directement avec les pêcheurs à la criée, mais aucun d’eux n’avait vraiment envie de parler… On ne lâche rien et on retentera notre chance au prochain port de pêche !

En attendant, voici le décompte de l’aventure du 1er mars au 15 mai :

🚘 44 voitures
🚆 12 trains
😴 20 hébergements
📍 21 villes
🗣 22 interviews

Les rencontres

☠️ Yves-Marie Le Lay : prouver le préjudice écologique causé par les algues vertes

50 ans. 50 ans que ce militant de la première heure se bat contre ce qu’il nomme le « complexe agro-industriel », responsable des algues vertes en Bretagne. Yves-Marie est impressionnant tant il est tenace. Après le préjudice sanitaire, il est temps de faire reconnaître le préjudice écologique.

⛵️ Jacques Barreau : réinventer le transport de marchandises

Jacques et son frère jumeau Olivier ont construit une entreprise modèle où l’humain et le vivant sont centraux, sans que la viabilité économique ne soit mise de côté. La torréfaction et la chocolaterie de Morlaix financent la construction de voiliers cargos qui transportent leurs matières premières.

Le transport de marchandises en voilier cargo permet de réduire de 90 à 97% les émissions de gaz à effet de serre par rapport au cargo classique.

Jacques Barreau, Grain de Sail

L’anecdote

Ce n’était pas prévu, mais je crois bien qu’on a trouvé le sujet de notre prochain docu. Quand on pense qu’on n’a même pas fini le tournage de la campagne « De l’assiette à l’océan », ça paraît fou… et en même temps, il faut dire qu’on a été bien inspiré·e·s par nos rencontres !

Mercredi, on était sur la route avec Yves-Marie Le Lay pour rentrer sur Locquirec après avoir fait un inventaire des algues vertes en baie de Saint-Brieuc. J’étais à l’avant de la voiture. Julien dormait et Alix n’entendait pas grand chose avec les bruits de la route. Yves-Marie me racontait l’histoire de son combat contre les algues vertes et le jour où il a failli y passer car il ne savait pas encore à quel point elles pouvaient être toxiques.

Et puis, il a prononcé cette phrase : « Je suis un des derniers à avoir connu la Bretagne sans les algues vertes. » La plupart des personnes qui vivent en Bretagne l’ont toujours connue telle qu’elle est aujourd’hui. Résultat ? Les algues vertes sont devenues la norme.

C’est ce que les biologistes appellent l’amnésie écologique. En fait, chaque génération considère comme point de référence initial d’un écosystème celui qu’elle a connu depuis sa naissance. Résultat ? On se contente d’un état dégradé de la biodiversité car on est convaincu que ça ne peut pas être mieux.

J’ai cogité pendant tout le trajet et je me suis dit qu’il fallait absolument qu’on en parle. Et si le sujet du prochain docu de Blutopia était l’amnésie océanique ? On partirait à la rencontre de celles et ceux qui ont connu l’océan florissant et qui se battent depuis des décennies pour qu’il le soit de nouveau. Dites moi ce que vous en pensez en répondant à ce mail. J’ai hâte de lire vos avis !

L’image

En Bretagne, les marées vertes sont devenues noires

En pleine réserve naturelle, les algues vertes prolifèrent, entrent en putréfaction et dégagent un gaz hautement toxique, à la fois pour les humains et la biodiversité. Sous le sable blanc, il y a maintenant le sable noir, où plus aucun organisme ne peut survivre.

Cet article fait partie d’une série « Journal de bord » rédigée par Malaury Morin à l’occasion du tournage du documentaire De l’assiette à l’océan.

Malaury Morin

Co-fondatrice & Chargée de campagnes de Blutopia

Leave a Reply