⏱ Temps de lecture : 5 minutes

Avant de commencer cette newsletter, je me présente : je suis Léandre, la nouvelle stagiaire au sein de Blutopia pour tout le mois de janvier durant lequel je prends le relais sur la rédaction des newsletters. Promis, je vais essayer d’avoir une aussi belle plume que Malaury. Pour ma première newsletter, je vous parle de boissons chaudes. Vous savez, celles que nous consommons à gogo pendant toute la période hivernale.

Alors que le thermomètre indique une température extérieure autour de 0°C et que la pluie ruisselle lentement sur nos fenêtres, nous n’avons qu’une envie : rester au chaud. Même si les vacances sont finies et que le travail a repris, on peut toujours trouver un petit moment dans la semaine ou dans le week-end pour se détendre et se blottir sous un plaid, avec un livre ou devant un film (tout dépend de chacun·e), une tasse fumante à la main.

Et si vous pensiez que choisir le film était ce qui prenait le plus de temps (personnellement, ça me prend des heures), choisir la bonne boisson peut aussi s’avérer compliqué. Pas de panique, je vais vous faire gagner du temps et tout vous expliquer dans cette newsletter.

Le problème : le thé et le café, des boissons du bout du monde

Le thé et le café sont les boissons les plus bues au monde, mais leurs consommations ont un impact non négligeable sur la planète comme sur notre santé. En 2019, 2,3 millions de tasses de café étaient bues chaque minute dans le monde, dont une grande partie en France, qui fait partie des pays particulièrement adeptes du café bien qu’elle n’en produise (presque) pas. Rien d’étonnant alors à ce que ce petit grain soit le 2ème produit d’importation après le pétrole.

Cultivé principalement au Brésil, au Vietnam, en Colombie et en Ethiopie, le nouvel or noir parcoure la planète entière pour se retrouver dans nos tasses. Pour le thé, c’est la même chose : il vient majoritairement de Chine. Autant dire que l’empreinte carbone pour une seule tasse d’une de ces boissons n’est pas sans conséquence pour l’océan, sans parler des capsules et dosettes individuelles de café qui représentent un véritable fléau, ni des sachets individuels de thé qui contiennent souvent du plastique. Autre conséquence néfaste dont on entend très peu parler : les eaux de ballast. Les porte-conteneurs remplissent leurs réservoirs avec de l’eau prise dans l’océan, afin de se lester après avoir livré leurs marchandises, qu’ils rejettent ensuite à un autre endroit, souvent à l’autre bout du monde. Conséquence ? Certaines espèces marines sont déplacées dans une autre partie du globe et menacent l’équilibre des écosystèmes. Et pour finir, il y a encore un danger pour l’océan dont je ne vous ai pas encore parlé : les pertes de conteneurs en mer qui détruisent et polluent les fonds marins ainsi que les littoraux quand leurs contenus viennent s’échouer sur les côtes.

Si le thé et le café ne sont pas sains pour la planète, ils ne le sont d’ailleurs pas non plus pour notre santé. Puissant stimulant, le café, s’il est consommé régulièrement, peut avoir des effets secondaires tels que l’anxiété, la nervosité, le stress ou encore l’insomnie. On en devient vite accro pour ses excitants et cet effet “coup de fouet” immédiat. Et ne pensez pas que le thé est moins néfaste, la théine a presque les mêmes effets, à plus long terme. Il faut être honnête, rien ne vaut une bonne nuit de sommeil pour avoir de l’énergie.

Et si 2021 était l’occasion de changer ses habitudes et d’adopter une boisson saine et locale ?

La solution : la chicorée, petit trésor français

Chez Blutopia, l’alternative au thé et au café, c’est la chicorée. Dès mon premier jour de stage, je suis accueillie par Malaury et Julien avec une grande tasse de chicorée accompagnée de pancakes, vegans bien sûr (si ça vous a mis l’eau à la bouche, testez cette recette de Deliacious). Un très bel accueil je dois l’avouer. Résultat ? Je trouve cela bien meilleur que le café, et il n’y a même pas besoin de rajouter du sucre ou du lait.

Mais qu’est ce que c’est concrètement la chicorée ? La chicorée provient de la racine d’une plante, ressemblant beaucoup au panais, torréfiée puis transformée en poudre. Bien connue par nos grands-parents, la France est le 2ème pays producteur de chicorée où elle est cultivée depuis plus de 100 ans et représente un véritable savoir-faire. Depuis quelques années elle revient en force, et pour cause, tous ces bienfaits se révèlent au grand jour : riche en fibres et en minéraux, sans excitant et surtout très gourmande avec son goût très doux et caramélisé. 

Bref, une alternative bonne pour le corps, les papilles et la planète !

Notre sélection* : Nourée

Nourée, c’est une marque qui s’engage pour une consommation saine et responsable en proposant des boissons à base de chicorée. L’initiative de la fondatrice, Sarah Azens, est née de la volonté de rendre plus vertueux le marché des boissons chaudes et de proposer une alternative saine au thé et au café. L’objectif est de redonner une image moderne à cette boisson tout en soutenant la production locale. Cultivée en agriculture bio en France (ou en Belgique ou aux Pays-Bas si les stocks sont insuffisants), la chicorée est ensuite torréfiée et moulue dans le Nord du pays puis mise en pot dans la région parisienne. 

Mais au fait, comment ça se prépare ? Rien de plus simple ! On verse 2 cuillères à café dans une tasse puis on remplit d’eau chaude et hop c’est prêt !

Petit plus : Le pot est en verre (réutilisable et recyclable) et l’étiquette conçue à partir de résidus de canne à sucre.

Alors ? Que diriez-vous d’une soirée ciné accompagnée d’une tasse de chicorée ? 

Et si vous n’arrivez toujours pas à vous décidez quant au film, les 4 épisodes de la série-documentaire “L’autre confort” réalisée par Blutopia sont disponibles gratuitement sur imagotv.fr.

Pour aller plus loin : comprendre l’impact du transport maritime

🎙 Podcast : « L’aventure du transport à la voile » sur Les Nouveaux Aventuriers avec Guillaume Le Grand

Guillaume Le Grand, invité de François Piccione, dévoile sa solution pour un transport maritime zéro carbone : le transport à la voile. Il a fondé en 2011, Towt poue Transoceanic Wind Transport, une société de marchandise à voile. À l’été 2020, la société comptait 1 millier de marchandises transportées et a pour objectif en 2021 de mettre à la mer le premier voilier-cargo.

🎥 Reportage : “Voici l’impact du transport maritime sur l’environnement” sur Brut

Ce court reportage de Brut dévoile l’impact du transport maritime sur la planète, que ce soit par la pollution de l’air ou de l’océan. Les cargos, véritables géants des mers, parcourent le globe, en émettant dans leur sillage de nombreuses particules, aussi nocives pour la santé de la planète que pour celle des humains.

Vous avez une question ou une suggestion ? J’adore vous lire, alors n’hésitez pas à m’écrire en commentaire.

* Vous pouvez nous faire confiance, notre sélection est 100% indépendante.

Léandre Bouffard

Léandre Bouffard

Rédactrice chez Blutopia

Leave a Reply