⏱ Temps de lecture : 3 minutes 10

Il y a 2 ans, je suis devenue végétalienne du jour au lendemain. Comme beaucoup, j’adorais la viande au barbecue, les plateaux de charcuteries et fromages entre ami·e·s, la tartiflette. Et pourtant, j’étais loin de m’imaginer l’impact que ces plats avaient sur mon terrain de jeu, l’océan. Un documentaire a tout changé : Cowspiracy. Aujourd’hui, je ne vous parle pas des questions d’éthique et de respect des animaux, mais bien de l’impact de l’élevage sur la planète. En bonus, je vous partage mes 2 recettes préférées pour une assiette plus verte.

Le problème : l’élevage

Espace terrestre

75% des terres agricoles dans le monde servent à élever du bétail, c’est-à-dire à nourrir des bêtes qui servent, ensuite, à nous nourrir. C’est presque autant d’espace qui pourrait être utilisé pour nourrir directement les humains, lorsque les terres permettent de cultiver des végétaux. 

Déforestation

L’élevage est responsable de 80% de la déforestation mondiale. Les terres boisées sont rasées soit pour en faire des zones de pâturage pour le bétail, soit pour produire des cultures qui sont ensuite utilisées pour nourrir les animaux. Ainsi, près de 40% des céréales qui sont produites et récoltées dans le monde servent à nourrir le bétail. Pourtant, c’est peu rentable. Il faut 9 à 11 calories végétales pour produire 1 seule calorie de viande de bœuf, 5 à 7 pour produire 1 calorie de viande de porc et 3 à 4 pour le poulet.

Emissions de gaz à effet de serre

Au niveau mondial, l’élevage est responsable de 14,5% des émissions de gaz à effet d’origine anthropique, c’est-à-dire liées aux activités humaines. C’est plus que tous les moyens de transport confondus, qui représentent 14% des émissions.

Consommation d’eau

L’élevage est responsable de 8% de la consommation mondiale d’eau. Pour vous faire une idée des quantités d’eau en jeu, produire un steak haché consomme autant d’eau que 2 mois de douche. En cette période de confinement, vous pouvez bien vous permettre de ne pas vous doucher, c’est vrai. Mais dans ce cas, un seul steak pour 2 mois alors !

Pollution de l’eau

À travers les déjections des animaux, l’élevage rejette dans l’environnement des quantités importantes de polluants, comme les nitrates, le phosphore, les engrais, les pesticides ou les antibiotiques. Ces polluants se retrouvent facilement dans les cours d’eau… avant de finir dans l’océan. La conséquence ? Certaines algues néfastes prolifèrent et monopolisent l’oxygène présent dans l’eau. C’est le cas des algues vertes en Bretagne. Au final, ces algues peuvent tuer les plantes et les animaux, voire laisser de vastes zones mortes dans lesquelles peu d’espèces peuvent survivre

La solution : les protéines végétales

La bonne nouvelle, c’est qu’il existe plein d’alternatives aux protéines animales pour être en parfaite santé sans manger de viande. Ça fait maintenant 2 ans que je suis végétalienne et j’ai plus d’énergie que jamais. Julien, aussi co-fondateur de Blutopia, dit même que je suis une super-woman ! Tout ça, c’est en partie grâce aux protéines végétales :

  • Les légumineuses : pois chiches, haricots, lentilles et bien d’autres
  • Le soja* et ses dérivés : comme le tofu, le tempeh ou les protéines de soja texturées
  • Les céréales : blé, orge, maïs… et le seitan qui est cuisiné à partir de gluten de blé
  • Les oléagineux : amandes, noix et noisettes pour ne citer que ceux-là

* Quand je parle de soja, on me rétorque souvent que c’est une des causes de déforestation. C’est vrai, mais c’est surtout le cas pour le soja cultivé en masse à destination des animaux, pas des humains. Aujourd’hui, 90% du soja cultivé sert à alimenter les animaux d’élevage

Notre sélection : tofu made in Montréal

Un aveu s’impose. Les plats que vous voyez en story Instagram depuis des mois sont rarement de moi. Aujourd’hui, je vous partage mes recettes préférées de tofu, imaginées par 2 cheffes qui démocratisent la cuisine végétale avec des recettes simples et efficaces depuis Montréal. Il s’agit de Caroline, aussi connue sous le nom de Loounie, et d’Eve-Lyne, fondatrice de La Fraîche.

Tofu teriyaki

Vous rêvez de voyager mais vous ne pouvez pas sortir de chez vous ? J’ai ce qu’il vous faut : le tofu teriyaki de Eve-Lyne. Si vous êtes déjà allé·e en Asie, ça devrait vous rappeler des souvenirs.

Pour plus de recettes, rendez-vous sur le compte Instagram ou le magazine de La Fraîche.

Tofu teriaki La Fraiche
© La Fraîche

Tofu magique

A tou·te·s celles et ceux qui disent ne pas aimer le tofu, cette recette va vous faire changer d’avis. Je vous mets au défi de tester le tofu magique de Loounie. Vous verrez, « ça goutte le poulet » comme on dit au Québec.

Pour encore plus de recettes, rendez-vous sur le compte Instagram ou le blog de Loounie.

* Cette newsletter est 100% indépendante. Blutopia n’est pas rémunérée par les marques et personnalités présentes dans cette sélection.

Quelle recette allez-vous essayer ? Dîtes-nous tout en commentaire.

Découvrez plus de recettes 100% végétales pour remplacer le poisson ou les produits laitiers.

Malaury

Malaury

Co-fondatrice de Blutopia

Répondre