⏱ Temps de lecture : 2 minutes 10
🤝 En collaboration avec Céline de Iznowgood

Quand j’ai commencé à m’intéresser à l’impact de mes actions sur l’océan, j’étais loin de penser à mes vêtements… jusqu’à ce que je vois le documentaire The True Cost et que l’on rencontre des fondateur·rice·s de marques de mode responsable comme Clément de Hopaal ou Julia de Loom. C’est comme ça que j’ai compris le vrai coût de mes vêtements

Le problème : la fast fashion

Chaque année, 150 milliards de vêtements sont produits. Ça fait plus de 20 pièces par personne. En seulement 15 ans, ce chiffre a doublé. Pour faire face à la demande, l’industrie de la mode embauche 1 personne sur 6 dans le monde. 

Pourtant, en France, on ne porte que 30% de nos vêtements. Le reste dort dans nos placards. Chaque année, un·e Français·e achète en moyenne 30 kg de vêtements et en jette 11 kg. Parmi ceux-là, seuls 2,5 kg sont recyclés. Au-delà des déchets qui sont créés, la frénésie pour toujours plus de vêtements entrainent de nombreux problèmes qui touchent l’océan de près ou de loin : produits chimiques déversés dans les eaux usées, insecticides, consommation d’eau démesurée, émissions de gaz à effet de serre… Je vous en parlerai plus en détail dans la série de newsletters à venir qui sera consacrée à la mode.

La solution : la slow fashion

Et si l’on se concentrait sur les 30% que l’on porte vraiment ? Et si l’on donnait uniquement aux entreprises qui font les choses bien ? Comme souvent, la solution, c’est de consommer (beaucoup) moins, mais mieux. C’est exactement ce que propose la slow fashion. Alors oui, un t-shirt fait à partir de matières qui respectent la planète et dans de bonnes conditions, ça coûte cher. Mais si on en achète moins, et qu’on garde nos t-shirts plus longtemps parce qu’ils sont bien faits, on est tou·te·s gagnant·e·s. D’ailleurs, Hopaal a récemment lancé Democratee, le premier t-shirt recyclé fabriqué en France et vendu à prix coûtant : 24 euros. Ils ne se font aucune marge dessus et pourtant, il n’est pas à 5 euros comme ceux que l’on pourrait trouver dans de grandes enseignes comme H&M ou Zara. Parce qu’un t-shirt en dessous de 20 euros, ça cache toujours quelque chose.

Tout ça pour dire que si vous avez vraiment besoin de renouveau dans votre garde-robe pour le déconfinement, il va falloir vous renseigner pour faire les bons choix. La bonne nouvelle, c’est que grâce à Clear Fashion, WeDressFair ou encore SloWeAre, c’est de plus en plus facile.

Clear Fashion

Clear Fashion est une app qui vous permet de décrypter les engagements de plus de 100 marques selon 4 thématiques : humains, santé, environnement et animaux. D’ailleurs, l’app vient tout juste d’être mise à jour. C’est le bon moment pour la télécharger et découvrir les dessous de la slow fashion.

Wedressfair

WeDressFair est une marketplace de marques de mode éthique qui placent le respect des travailleurs et de l’environnement au centre de leurs préoccupations. Leur rêve ? Que vous n’ayez plus jamais à choisir entre votre style et vos valeurs.

SloWeAre

SloWeAre est le label de confiance de la mode responsable. À travers des enquêtes poussées, leur équipe s’assure que chaque marque recommandée garantisse des conditions de travail décentes à ses salarié·e·s et soit dans une démarche solidaire, équitable, environnementale ou de valorisation du savoir-faire.

Sélection* : la mode éthique selon Iznowgood

Pour la sélection de la semaine, je laisse la parole à Céline. Vous la connaissez peut-être à travers son blog Iznowgood, dédié à la mode éthique et à un mode de vie plus sensé. Aujourd’hui, elle vous présente ses 3 marques préférées. Avec l’aide de son compagnon David, elle a même créé le Générateur de Marqu’IZ. C’est un outil qui permet de rechercher des produits en fonction de critères bien précis. Les mecs, désolée, cette sélection n’est pas pour vous. Mais ne vous inquiétez pas, vous trouverez ce qu’il vous faut sur le Générateur de Marqu’IZ.

© Iznowgood

Balzac Paris

« Une marque qui en bouche un coin à tou·te·s celles et ceux qui pensent que mode éthique ne rime pas avec style. Les collections Balzac Paris sont fabriquées depuis leurs débuts de façon éthique au Portugal. Et depuis quelques années, ils s’attachent à choisir des matériaux biologiques et plus écologiques, ainsi que des procédés de fabrication moins polluants.

Les Récupérables

« Linge de maison vintage, fins de rouleaux… Les Récupérables représentent bien un pan de la mode éthique que j’adore : l’upcycling ! Le principe ? Faire du neuf avec du vieux qui aurait fini à la poubelle ! Les collections sont fabriquées en petites séries en France. »

Olly Lingerie

« On ne pense pas toujours aux sous-vêtements quand on pense à la mode éthique. Il ne faut pourtant pas négliger ses petites fesses ! En plus, si on peut acheter toutes ses fringues d’occasion, c’est en général plus délicat pour les sous-vêtements. Quoi que, moi je l’ai déjà fait ! Olly fait de très jolis ensembles en coton bio et dentelle recyclée, avec une confection en Hongrie. »

* Vous pouvez nous faire confiancenotre sélection est 100% indépendante.

Et vous, quelle est votre marque de slow fashion préférée ? N’hésitez pas à nous la partager en commentaire.

Les prochaines newsletters seront dédiées à la mode : vêtements recyclés, vegan, coton bio… J’y aborderai plein de sujets tout aussi passionnants les uns que les autres. Pour ne rien manquer, abonnez-vous à notre newsletter.

Malaury

Malaury

Co-fondatrice de Blutopia

Répondre