⏱ Temps de lecture : 3 minutes 30

Je suis de retour à mon bureau après quelques jours en famille dans les Landes. 🌞 J’ai passé presque tout mon temps à l’eau, à surfer et nager. Inutile de vous dire que tous les soirs, mes cheveux étaient secs et abîmés par le soleil et le sel. J’avais besoin d’un bon shampoing, mais pas n’importe lequel. Si vous utilisez encore un shampoing liquide conventionnel, cet article est fait pour vous.

Le problème : le shampoing liquide conventionnel

En France, il se vend près de 5 shampoings par seconde, soit 476 000 par jour et 174 millions par an. Vous le savez, même si les bouteilles en plastique de ces shampoings sont recyclables, rien ne nous assure qu’elles sont véritablement recyclées. Une grande partie finit dans des décharges à ciel ouvert et dans l’océan. 

Et comme d’habitude, il y a l’emballage, mais aussi ce que l’on met à l’intérieur. Voilà les ingrédients que l’on retrouve généralement dans les shampoings liquides conventionnels : 

  • Eau : c’est l’ingrédient principal, qui représente 70 à 90% de la composition. Oui oui, les grandes marques nous vendent… de l’eau !
  • Détergents : ils sont souvent synthétiques, très polluants au moment de leur production et rarement biodégradables. On les trouve principalement sous la forme de sulfates comme le Sodium Laureth Sulfate ou SLC. Ces détergents jouent le rôle de tensioactifs et permettent d’obtenir beaucoup de mousse. Le problème, c’est qu’ils irritent la peau, le cuir chevelu et les muqueuses, et facilitent la pénétration de substances toxiques dans notre corps.
  • Conditionneurs : ce sont généralement des silicones qui rendent nos cheveux doux et soyeux… mais uniquement pour un court moment. À la longue, les conditionneurs fragilisent les cheveux, les rendant plus secs et cassants. En fait, ces dérivés de la pétrochimie étouffent la fibre capillaire.
  • Colorants et parfums : lorsqu’ils sont de synthèse, comme c’est le cas dans la majorité des shampoings, ils sont allergisants et irritants. 
  • Conservateurs : indispensables dès qu’il y a de l’eau, ils sont présents dans tous les shampoings liquides, sans exception. En bloquant la prolifération des bactéries, les conservateurs empêchent le shampoing de se dégrader et permettent de le garder plusieurs mois voire plusieurs années. Parmi les conservateurs, on retrouve le paraben, allergène, soupçonné d’être cancérigène mais aussi perturbateur endocrinien.

Evidemment, cette liste n’est pas exhaustive. On retrouve parfois jusqu’à 40 ingrédients différents dans les shampoings liquides conventionnels. Il est donc impossible de tous vous les lister ici !

La solution de la semaine : les shampoings solides naturels

Les shampoings solides semblent être la solution parfaite à tous ces problèmes. En réalité, même s’ils permettent toujours d’éviter l’emballage en plastique, tous ne sont pas bons à prendre. Il existe beaucoup de shampoings solides qui contiennent les mêmes ingrédients nocifs que les shampoings liquides conventionnels. Mieux vaut donc regarder en détails la composition et opter pour un shampoing solide naturel. La liste ne devrait pas dépasser les 15 ingrédients, avec : 

  • une base lavante
  • un ou plusieurs tensioactifs issus du végétal et biodégradables
  • des huiles ou beurres végétaux
  • éventuellement, des huiles essentielles et du parfum naturel

Et c’est tout. Il n’y a pas d’eau et chaque ingrédient remplit une fonction bien précise.

Vous n’êtes pas encore convaincu·e ? Promis, ça mousse (même beaucoup parfois), ça sent bon et ça laisse vos cheveux doux et soyeux. Parfois, il faut un temps d’adaptation quand on passe du conventionnel au naturel. Il faut être patient·e et tester plusieurs shampoings avant de trouver celui le plus adapté à ses cheveux. Une fois ces quelques jours ou semaines passés, ce ne sera plus que du bonheur (pour vous, et pour tous les animaux marins 🐳).

Ah, et vous vous inquiétez pour votre portefeuille ? C’est vrai que les shampoings solides sont plus chers que les shampoings liquides. Mais 1 shampoing solide équivaut à 2 voire 3 bouteilles de shampoing liquide. En plus de ça, les shampoings solides naturels améliorent la qualité des cheveux et permettent ainsi d’espacer les shampoings. La différence est vite compensée.

Notre sélection* : shampoings et après-shampoings solides fabriqués en France

Umai

Umai, c’est l’acronyme de « Une marque à impact ». Dans son laboratoire de Montargis, l’équipe a développé 2 formules de shampoings solides, un doux et un détox, qui se complètent grâce à leurs actifs naturels et majoritairement locaux. Cet été, c’était au tour du soin après-shampoing aux odeurs orientales à tomber. Le petit plus ? Tous leurs produits sont emballés dans un étui en chutes de coton textile. 100% zéro-déchet. 100% plaisir.

Lamazuna

Lamazuna, c’est la marque avant-gardiste par excellence. Laetitia, la fondatrice, était la première en France à distribuer des produits zéro-déchet pour la salle de bain, dès 2010. Son équipe innovation a développé des shampoings solides pour tous les goûts et pour tous les types de cheveux. Plus récemment, Lamazuna a même lancé son après-shampoing. Vous trouverez forcément votre bonheur !

💡 Au fait, la plupart des shampoings solides contiennent du Sodium Cocoyl Isethionate ou SCI, un tensioactif dérivé de l’huile de coco qui est assez controversé. J’ai eu envie de décrypter le sujet pour vous. Pour tout savoir, rendez-vous sur mon article dédié au SCI.

Des remarques, des suggestions pour les prochains sujets ? Répondez-nous en commentaire.

* Vous pouvez nous faire confiancenotre sélection est 100% indépendante.

Malaury

Malaury

Co-fondatrice de Blutopia

Répondre