⏱ Temps de lecture : 1 minute 45

Aujourd’hui, j’aimerais vous faire un aveu. Je n’assume pas encore mes poils. Bien sûr, je suis consciente que la course aux jambes douces et au maillot brésilien n’est qu’un symptôme du patriarcat bien établi. Et pourtant, je ne suis pas encore prête à me passer totalement de cire et de rasoir. D’ailleurs, je suis persuadée que vous non plus, que vous soyez une femme ou un homme. Alors en attendant, mieux vaut opter pour une solution qui ne met pas en danger l’océan : le rasoir de sûreté.

Le problème : les rasoirs jetables

Dans le monde, la marque Bic ne vend pas moins de 11 millions de rasoirs jetables chaque année, soit près de 7 700 chaque minute. Et ça, c’est sans compter les rasoirs jetables vendus par toutes les autres marques. Le problème, c’est qu’ils sont impossibles à recycler puisqu’ils sont fabriqués à partir de matériaux très divers : plastique, caoutchouc, silicium, métal… La liste est longue. Ils ont donc de fortes chances de finir dans une décharge ou dans l’océan. 

A côté de ça, il y a une course effrénée à la construction du rasoir qui aura le plus grand nombre de lames possible. C’est comme ça que l’on se retrouve avec des rasoirs qui ont jusqu’à 6 lames et qui sont présentés comme de réelles avancées technologiques. Evidemment, le but est de nous pousser à renouveler encore plus souvent nos achats. Mais chez Blutopia, ça ne passe pas.

La solution : le rasoir de sûreté

Le rasoir de sûreté, c’est ce que nos grands-parents utilisaient avant l’arrivée du plastique. Il est généralement fabriqué en laiton avec un revêtement anti-rouille et une lame unique en acier inoxydable. Son gros point fort ? Vous pouvez le garder toute votre vie. Une fois le rasoir acheté, vous n’aurez plus qu’à changer la lame de temps en temps. C’est bien mieux pour l’océan, et ça vous fera économiser un paquet d’argent !

Qu’on se le dise, à première vue, il n’inspire pas vraiment confiance. Pourtant, comme son nom l’indique, il est presque impossible de se couper avec. Il s’utilise avec une cartouche qui ne laisse apparaître que la partie essentielle. Il suffit d’y aller lentement avec du savon ou un pain de rasage, et les poils s’en vont en un seul passage. Après chaque utilisation, il faut bien rincer le rasoir à l’eau claire et le sécher avant de le ranger pour le garder le plus longtemps possible.

Notre sélection* : de Hong Kong à Marches

Bareaya

Bareaya, c’est la marque de rasoirs qui donne envie de se raser. Créée par une Française installée à Hong Kong, Bareaya a sélectionné un fabricant éthique en Chine pour faciliter les visites et les contrôles de production avec une empreinte carbone limitée. L’équipe a même réussi à supprimer l’ensemble des emballages plastiques qui étaient ajoutés au fil de la production. Une première en Chine !

Lamazuna

Lamazuna a imaginé un rasoir de sûreté avec un manche en bois de chêne français, traité à l’huile de lin pour une résistance optimale à l’eau, et un peigne en zamak chromé, un alliage de 5 métaux. En plus de ça, l’équipe innovation a aussi conçu un pain de rasage solide enrichi au beurre de karité bio. Son avantage ? Il s’utilise sans blaireau. Il suffit de le frotter contre sa peau pour obtenir une crème onctueuse qui agit comme un soin au moment du rasage.

© Lamazuna

* Vous pouvez nous faire confiancenotre sélection est 100% indépendante.

Et vous, vous assumez vos poils ou vous les chassez coûte que coûte ?

Malaury

Malaury

Co-fondatrice de Blutopia

Répondre