⏱ Temps de lecture : 5 minutes 10

Aujourd’hui, j’ai décidé de répondre à la question qu’on me pose presque chaque jour depuis bientôt 6 mois. Bon ok, j’exagère un peu quand je dis « chaque jour ». Quoi que, je reçois au moins un message par semaine à ce sujet depuis le mois d’août l’année dernière. Vous vous demandez de quoi il s’agit ? Allez, je ne garde pas le suspens plus longtemps. Voilà la question… en question : « Que penses-tu des Gargouilles ? »

Le problème : Les Gargouilles, l’arnaque de l’année

La semaine dernière, Les Gargouilles ont partagé une citation d’Albert Einstein sur leur compte Instagram : « Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal, mais par ceux qui les regardent sans rien faire. » C’est vrai. Et justement, ça fait des mois que je suis convaincue que leur balle de lavage n’est pas une vraie solution pour protéger l’océan. Alors, il est temps que je prenne la parole et que j’arrête de les « regarder sans rien faire », non ?

🧐 De quoi on parle, au juste ?

Si vous n’avez pas encore entendu parler des Gargouilles malgré leurs posts sponsorisés à tout va sur les réseaux sociaux, pas de panique : je vais vous faire un petit récap’. Les Gargouilles, ce sont des balles en plastique remplies de billes en céramique, vendues 35€ l’unité. Elles sont présentées comme une « alternative saine, écologique et aussi efficace qu’une lessive traditionnelle ».

📢 Des moyens de communication démentiels

Si Les Gargouilles sont dans toutes les bouches, c’est bien grâce à ça. Leurs contenus sponsorisés sur les réseaux sociaux sont absolument partout. Impossible de passer à côté quand on s’intéresse un peu à la protection de l’océan et à une consommation plus responsable… C’est normal, on est en plein dans leur cible de client·e·s potentiel·le·s !

D’ailleurs, la vidéo qui a le plus tournée reprenait même les codes du célèbre média Konbini (les bandes de couleurs en bas et le logo en haut à droite). Malin pour tromper les esprits et faire penser que Konbini parlait de leur solution à celles et ceux qui regardaient sans trop prêter attention ! Et bizarrement, tous les commentaires YouTube sont désactivés et la plupart des commentaires sur Instagram et Facebook sont supprimés… Difficile de faire confiance à une marque qui communique en masse mais n’assume pas les réactions. 

Sur Instagram, Les Gargouilles sont allées jusqu’à créer un compte fantôme dédié aux partenariats pour obtenir des relais d’influence (on a été contacté·e·s par ce compte avec un message qui a dû être copié et collé des centaines de fois et, évidemment, on a refusé sans hésiter).

En tout cas, quand autant d’argent est dépensé dans la communication, on peut se demander ce qu’il reste pour le développement du produit. Je vous le dis tout de suite : probablement pas grand chose.

💸 Des promos indécentes

Dès les premières secondes sur leur site internet, les promotions s’enchaînent :
-33% pour 3 gargouilles achetées
-43% pour 5 gargouilles achetées
-57% pour 10 gargouilles achetées
-15€ pour chaque ami·e parrainé·e

Sans oublier les soldes faites sur des produits complémentaires aux gargouilles qui semblent n’avoir que très peu de valeur : un livre numérique sur le zéro déchet écrit par une illustre inconnue, de l’essence de lavande vendue dans un flacon en plastique, du sel supposé détachant et biodégradable… Toutes les excuses sont bonnes pour se faire de l’argent.

Ici, la marque joue sur ce que Loom appelle le biais d’ancrage, une dark pattern bien connue des marketeurs peu scrupuleux pour nous vendre tout… et n’importe quoi. « Notre cerveau considère le prix de référence comme un point d’ancrage et lui attribue une importance disproportionnée. Peu importe si le prix barré est fiable, nous sommes complètement influencés. » En bref, on a l’impression de faire une bonne affaire. Et si jamais on était passé·e·s à côté, la bonne affaire apparaît de nouveau au moment de valider le panier.

📦 Du dropshipping déguisé

Il suffit d’une recherche avec les mots clés « balle de lavage » sur AliExpress pour trouver des dizaines de produits similaires, vendus entre 1 et 5€. On est bien loin des 35€ proposées par la marque. En creusant un peu, on tombe facilement sur des sites quasi-identiques, sans doute créés avec les templates Dropshipping avec Shopify. Je vous laisse en juger par vous-même en allant y jeter un oeil :

En continuant mon enquête, je suis allée sur les Mentions légales du site pour en savoir plus sur la structure qui se cache derrière Les Gargouilles. Et c’est là que ça devient intéressant. Juridiquement, Les Gargouilles n’existent en fait que sous le nom Angel Dev, une société par actions simplifiée immatriculée le 2 juin 2020, soit quelques jours seulement avant d’inonder les réseaux sociaux. À sa présidence ? LS Investissement, un fonds de placement qui a pour but de prendre des parts dans des sociétés. Et à la tête de LS Investissement ? Léo Sounigo, diplômé d’une Grande École de commerce option Entrepreneuriat. J’ai tenté de l’ajouter sur LinkedIn et de lui envoyer plusieurs messages, mais je n’ai jamais eu de réponse de sa part. J’ai donc poursuivi mes recherches sans lui. En réalité, Léo Sounigo est un serial entrepreneur. Il a notamment créé :

  • Dropship Studio : une société qui faisait (apparemment, elle a été radiée) de la curation des meilleurs produits à vendre en dropshipping et créait des contenus optimisés pour les publicités des plateformes de dropshipping sur les réseaux sociaux
  • Angel Studio : une société qui crée des formats vidéos engageants et performants pour booster le retour sur investissement des annonceurs sur réseaux sociaux

Étonnamment, tout ça me rappelle Les Gargouilles… mais Léo Sounigo n’y fait jamais référence, que ce soit sur ses réseaux sociaux ou sur ceux de ses entreprises. Il devrait pourtant être fier d’avoir participé à la création d’une boîte qui fait tant parler d’elle et qui a réussi sa stratégie de communication, non ? 
Bref, même s’il ne s’agit pas à proprement parler de dropshipping puisque la marque a créé son propre emballage et livre en 3 à 5 jours, ce qui prouve qu’il y a des stocks en France, ça en a tout l’air.

🕵️‍♀️ Le manque de transparence

J’ai cherché partout, je n’ai rien trouvé sur les gargouilles en elles-mêmes. Où sont-elles fabriquées ? Par qui ? Dans quelles conditions ? À partir de quel matériau ? La marque promet jusqu’à 1 500 lavages, ce qui permettrait d’économiser 1 040€ de lessive. J’ai un peu de mal à y croire. Des tests ont-ils été menés sur la résistance de la balle et l’efficacité des billes de céramique à l’intérieur ? Bref, niveau transparence, on repassera.

Une autre promesse de la marque est de retirer 300 grammes de déchets plastiques pour chaque gargouille commandée. J’aimerais bien pouvoir y croire, mais là aussi, quelque chose m’en empêche. Comment vérifier ? Mon intuition me dit que la marque envoie des dizaines de t-shirts à l’étranger et demande simplement à une poignée de locaux de les porter en ramassant des déchets, le temps de quelques photos. Sur leur site, Les Gargouilles proposent de leur envoyer un mail si l’on souhaite les aider en participant à une de leurs opérations de beach cleaning. De quoi rassurer les plus sceptiques. C’est chose faite depuis plusieurs jours, mais j’attends encore une réponse…

Et il y a autre chose qui me turlupine. Au moment du paiement, Les Gargouilles proposent de « faire un don » pour les aider à retirer les plastiques de l’océan. Encore un beau coup de génie de ces marketeurs qui jouent sur l’émotion et la volonté de leurs client·e·s de faire changer les choses pour gagner un peu plus d’argent, sans prouver que cet argent sera utilisé à bon escient.

🧺 Laver sans salir ?

Bon, vous me direz qu’on se moque bien de tout ça si le produit est efficace. Mais encore faut-il que le produit soit efficace. C’est là que le bât blesse. Les Gargouilles prétendent « laver sans salir » (au passage, le slogan a été volé sans scrupule à la marque de lessive Les Petits Bidons), mais les tests ne sont pas très concluants. Je n’ai pas eu le courage de les mener (et encore moins l’envie de commander une gargouille), mais Loom l’a fait et détaille les résultats sur son site. Ce qu’il faut en retenir ? Les balles de lavage sont aussi efficaces qu’un lavage à l’eau chaude sans détergent. C’est ce que concluait déjà une étude menée par Que choisir en 2009.

Les Gargouilles ne lavent donc pas vos vêtements, et encore moins l’océan. Bien au contraire. À aucun moment la marque ne parle des micro-plastiques. Pourtant, la balle en plastique, passée en machine à différentes températures, en libère très certainement. Et devinez où finissent ces micro-plastiques ? Dans l’océan.

La solution : dénicher les vraies solutions pour prendre soin de son linge

Pour une fois, le problème est (beaucoup) plus long que la solution. En même temps, il y en avait des choses à dire ! Mea culpa Léandre : je t’ai poussée à faire des newsletters courtes pendant un mois et maintenant que je reprends la main, j’écris à ne plus m’arrêter. 

Bref, la solution de la semaine est simple : il faut s’informer. Ne vous arrêtez pas aux messages marketing de marques qui veulent vous vendre du rêve. La fin du plastique dans l’océan grâce à une balle… en plastique : vous y avez vraiment cru ? Posez-vous des questions, cherchez toujours à creuser pour comprendre ce qu’il se cache réellement derrière un projet.

Et si vous voulez dénicher les vraies solutions pour prendre soin de votre linge, elles sont déjà sur Blutopia :

🧺 Lessive : les alternatives naturelles pour ne pas détruire l’océan
👗 Comment prendre soin de nos vêtements  ?

Et vous, vous aviez senti l’arnaque ? J’adore vous lire, alors n’hésitez pas à m’écrire en commentaire.

* Vous pouvez nous faire confiance, notre sélection est 100% indépendante.

Malaury Morin

Malaury Morin

Co-fondatrice & Content Manager de Blutopia

One Comment

  • Avatar Pascaline dit :

    Bonjour,
    J’apprécie la présentation et le contenu de ce que j’ai lu de votre site.
    Je voudrais faire part de mon expérience au sujet des gargouilles. Rien ne vaut l’expérience pour se faire un avis. J’en ai donc acheté, pour essayer.

    Je n’ai pas été très prudente en les achetant : je n’ai pas regardé d’avis ni cherché plus loin que le premier site, douteux ou non. Ce n’est pas de ça que je voudrais parler.

    Mais j’ai essayé, et ça marche. Ca marche aussi bien qu’une lessive (que je prépare moi-même), et mieux que l’eau claire, dans la même machine et avec le même programe. En l’occurence, ce n’est pas la boule en plastique qui permet de laver, mais les billes d’argiles à l’intérieur qui modifient la strucutre de l’eau et permettent de dissoudre les taches.

    Quand on parle de pollution, on parle souvent de celle générée par le produit une fois fini, ou pendant son utilisation (ici le rejet de lessive plus ou moins naturelle). On parle plus rarement de la pollution créée par la production. Il me semble que les lessives, même naturelles demandent de l’énergie pour être produites, entre autres choses. Alors si on utilise les billles d’argile suffisamment longtemps, la pollution due à leur fabrication et à leur tranport (tant qu’on ne les fabriquera pas localement) va finir par être dépassée par celle de la fabrication des lessives. Du moins me semble-t-il. Cela ma paraissait intéressant.

    Sinon,effectivement, les arguments sur le site des gargouilles sont assez faibles ; je n’ai jamais cru aux 300g de plastique, qui sont assez grotesques, à vrai dire. Ce n’est pas ça qui m’a convaincue d’en acheter.

    Il y a d’autres sites qui vendent de telles boules, moins cher d’ailleurs, dont un qui propose des billes de recharge. J’envisage d’essayer ces billes-là, dans un contenant en tissu, que je coudrai moi-même. Comme ça il n’y aura ni rejet de lessive (même « naturelle »), ni rejet de micro plastique, … hormis ceux des tissus synthétiques. Si ce sont les même types de billes, ça devrait marcher aussi bien …
    https://lacoshop.com/lessive-ecologique/494-recharge-boule-de-lavage.html

    Alors non, les gargouilles ne sont las l’arnaque de l’année. Elles sont juste vendues plus chères que sur d’autres sites, avec des arguments pas très honnêtes. Mais au moins, elles lavent réellement.

    Cordialement.

Leave a Reply