⏱ Temps de lecture : 2 minutes 40

Comme promis, on continue l’exploration des alternatives à la fast-fashion. Cette semaine, je vous parle des vêtements en fibres naturelles pour éviter le plastique sur votre peau et dans l’océan.

Le problème : les fibres synthétiques

Ce n’est pas la première fois que je vous en parle, et pour cause ! Les fibres synthétiques qui composent nos vêtements ont un impact direct sur l’océan, bien que celui-ci soit quasiment invisible. Vous avez raté la newsletter du 5 avril qui expliquait le problème ? Vous pouvez toujours la relire ici. En bref, j’y expliquais que les vêtements en fibres synthétiques, comme le polyester, l’acrylique ou le nylon, libèrent des micro-fibres de plastique lorsqu’ils sont lavés en machine. Ces micro-fibres flottent jusqu’à l’océan même si elles passent par des stations d’épuration car elles sont trop petites pour être collectées à temps.

La solution : les fibres naturelles

Evidemment, si vous avez des vêtements en fibres synthétiques dans votre garde-robe, ne jetez pas tout. Utilisez un sac de lavage Guppyfriend bag pour limiter la fuite de micro-fibres dans la nature.

Et si vous avez besoin de nouveaux vêtements, intéressez-vous à leur composition. Tentez de privilégier les vêtements en fibres naturelles, comme le chanvre, le lin ou le coton bio. 

Le lin

Le lin est une fibre naturelle végétale, compostable et renouvelable. Elle est notamment connue pour sa solidité, sa légèreté et sa capacité à réguler la température et l’humidité. Ce que l’on ne sait pas, c’est que la fibre de lin est majoritairement produite dans une bande géographique allant de Caen à Amsterdam. D’ailleurs, elle pousse à merveille à côté de chez nous puisque la France est responsable de 80% de la production mondiale de lin. Pourtant, plus aucune fibre n’est filée en France depuis 2005. C’est la date à laquelle l’entreprise française Safilin, leader européen de la filature, a été contrainte de fermer son usine du Nord de la France. Aujourd’hui, les filatures les plus proches se trouvent en Espagne, en Italie et en Pologne.

Le collectif Linpossible, mené par les marques 1083, Le Slip Français et Splice, fait tout pour réunir les conditions nécessaires à la production d’un vêtement en lin 100% local.

Le coton bio

Le coton consomme 16% de tous les insecticides du monde alors qu’il n’utilise que 3% des surfaces agricoles. Aujourd’hui, l’immense majorité de la culture du coton est issue de l’agriculture conventionnelle. En bref, celle qui utilise ces pesticides, mais aussi des engrais chimiques et des quantités d’eau phénoménales avec l’irrigation. À l’inverse, le coton bio ne nécessite aucun pesticide et utilise 10 fois moins d’eau que le coton conventionnel. Pourtant, il ne représente que 0,5% de la production mondiale alors que c’est bien celui-là qu’il faut utiliser.

Pour mieux comprendre pourquoi, je vous conseille de lire cet article génial écrit par Loom. Le titre ? Insectocalypse Now.

Notre sélection* : des vêtements conçus en France et confectionnés au Portugal

Loom

J’évoquais ce nom il y a un instant. Loom est une marque de vêtements durables. Ils fabriquent des vêtements qui ont le plus petit impact sur la planète et qui durent le plus longtemps possible. Au début, Loom utilisait du coton conventionnel, mais ça fait bientôt un an que l’équipe cherche à passer toute leur gamme en matière bio. Je leur laisse la parole à ce sujet : « On ne devrait pas dire qu’on passe au bio mais qu’on revient au bio. Pour refermer une parenthèse qui n’aurait jamais due être ouverte. » Au fait, on a rencontré Julia, la co-fondatrice de la marque. Vous pouvez revoir la vidéo ici.

Les Optimistes

Les Optimistes, ce sont des chemises élégantes pour hommes en matières naturelles biologiques ou recyclées. Hugo et Léon, les premiers modèles, sont encore disponibles en pré-commande. D’ailleurs, on a aussi rencontré Arnaud, le fondateur de la marque. Découvrez son interview ici

* Vous pouvez nous faire confiancenotre sélection est 100% indépendante.

Et vous, quelle est votre marque de vêtements naturels préférée ? Commentez simplement cet article.

Malaury

Malaury

Co-fondatrice de Blutopia

Répondre