⏱ Temps de lecture : 3 minutes

Vous l’aviez sans doute remarqué, je n’ai pas publié dimanche dernier (#shameonme). La première édition de notre festival a eu lieu samedi 3 octobre à La Rochelle et on avait décidé avec Julien de prendre une semaine de vacances pour s’en remettre et revenir en pleine forme pour la fin d’année. On a passé quelques jours en van le long de la côte Atlantique et on peut vous assurer une chose : l’automne est bien là. Impossible de passer à côté. Il fait froid et il pleut de plus en plus souvent. Evidemment, on a dû ressortir les gros pulls qui dormaient dans nos placards. Alors, on s’est dit que c’était le bon moment pour vous donner des conseils pour qu’ils durent le plus longtemps possible.

Le problème : nos vêtements s’usent trop vite

Raison n°1 : On lave trop nos vêtements 

Comme le dit très bien Loom, « laver, c’est user ». Le frottement, l’eau chaude, la lessive, l’adoucissant et l’essorage abîment nos vêtements. Il vaut mieux éviter de faire 3 machines par jour si vous ne voulez pas vous retrouver avec des fringues dignes des friperies les plus vintage alors que vous les avez achetées il y a moins d’un mois.

Sans oublier que « laver, c’est polluer ». Chaque machine que l’on met en route, c’est de l’énergie et des litres d’eau consommées qui peuvent doubler l’empreinte carbone de nos vêtements.

Raison n°2 : Nos vêtements sont multi-matières

Aujourd’hui, on trouve souvent des vêtements aux compositions ultra complexes. 50% coton 50% polyester ou encore 40% laine 40% polyamide 10% mohair 10% alpaga. Il n’y a qu’à regarder les étiquettes dans notre garde-robe. Pourtant, plus il y a de mélanges, plus les fibres risquent de se désolidariser et former des bouloches. Vous savez, ces petites boules que vous détestez tant sur vos pulls préférés.

Et en plus de ça, les vêtements multi-matières sont particulièrement difficiles à recycler en fin de vie.

Raison n°3 : On jette nos vêtements au moindre défaut

Qui n’a jamais jeté une paire de chaussettes à cause d’un petit trou ? Les grandes marques de prêt-à-porter nous ont habitué·e·s à les payer moins cher qu’une bière en terrasse, alors à quoi bon se prendre la tête avec des aiguilles et du fil ?

Raison n°4 : Nos vêtements se démodent trop vite

Chaque année, 150 milliards de vêtements sont produits. Ça fait plus de 20 pièces par personne. Les géants de la fast fashion imaginent des fringues qui se démodent plus vite que jamais et les collections s’enchainent à une vitesse folle.

La solution : 4 conseils pour allonger la durée de vie de nos vêtements

Conseil n°1 : Laver moins mais mieux

La plupart du temps, nos vêtements n’ont pas besoin d’être lavés après une journée d’utilisation. Evidemment, je ne vous dis pas de garder la même culotte pendant 1 semaine ou votre t-shirt favori 3 jours de suite en plein été. En revanche, les vêtements que l’on ne porte pas à même la peau peuvent attendre un bon moment avant de passer en machine. Pour faire partir les mauvaises odeurs, il suffit de les aérer. Et s’il y a une petite tâche, vous pouvez la faire disparaître à la main avec un peu d’eau et de savon de Marseille plutôt que vous précipiter sur la panière de linge sale.

Laver moins, c’est de l’énergie et des litres d’eau économisées, mais aussi des micro-fibres plastiques en moins dans l’océan. Je vous en parlais dans une des premières newsletters : tous les vêtements qui contiennent des matières synthétiques libèrent des micro-fibres plastiques quand on les passe en machine. Tôt ou tard, elles finissent dans l’océan… et dans l’estomac des raies mantas ou des requins baleines.

Si vous avez vraiment besoin de laver vos vêtements, il y a plusieurs options : 

  • A la main : 0 électricité, moins d’eau gaspillée et risque quasi nul d’abîmer ses vêtements. Je vous le conseille pour tous vos pulls en laine. J’ai fait rétrécir le Pull du Futur de Julien avec un passage en machine à 1 400 tours par minute… Depuis, je suis devenue adepte du lavage à la main.
  • En machine : à basse température et sur un cycle court. 

Quoi qu’il arrive, laissez vos vêtements sécher à l’air libre. Le sèche-linge ne leur a jamais fait du bien.

Conseil n°2 : Favoriser le mono-matière

Pour éviter les bouloches et faciliter le recyclage en fin de vie, mieux vaut viser le 100% : 100% coton, 100% lin… et si c’est réellement nécessaire 100% polyester. Si vous optez pour un vêtement en fibres synthétiques comme le polyester, il doit répondre à un usage particulier : veste imperméable, vêtement de sport, maillot de bain. Sinon, optez pour un vêtement en fibres naturelles qui détraquera moins l’océan.

Conseil n°3 : Réparer ses vêtements

J’ai recousu mon tout premier bouton cet été sans regarder aucun tuto… et ce n’était pas si compliqué. Bon ok, j’avoue, j’ai mis 30 minutes et il est retombé le lendemain. Mais plutôt que de jeter nos vêtements au moindre défaut, on ferait mieux d’apprendre à les réparer. Et si comme moi vous n’y connaissez vraiment rien, vous pouvez toujours demander à votre grand-mère ou votre couturière de vous aider.

Conseil n°4 : Favoriser les indémodables

Pour ne pas vous lassez de vos vêtements trop vite, ne tombez pas dans le piège des 8 collections par an chez Zara ou H&M. Choisissez des vêtements bien pensés et unis dont vous aurez toujours besoin et qui ne se démoderont pas de si tôt.

Notre sélection* : des pulls qui durent

Hopaal

Mon pull préféré, c’est le Pull du Futur de Hopaal. Après avoir fait rétrécir celui de Julien, j’ai commandé le mien et, depuis, il ne me quitte plus. Il est entièrement réalisé à partir de laine mérinos recyclée et il est tricoté, découpé et confectionné à 40 km de Nantes.

Loom

Et si jamais vous n’aimez pas la laine (même recyclée), il y a le pull en coton bio de Loom fabriqué au Portugal. Il a été pensé pour durer : sa fibre très longue et son fil triple-retors permettent d’éviter les bouloches et les trous.

© Loom

Des remarques, des suggestions pour les prochains sujets ? Répondez-nous en commentaire.

* Vous pouvez nous faire confiance, notre sélection est 100% indépendante.

Malaury

Malaury

Co-fondatrice de Blutopia

Répondre