⏱ Temps de lecture : 4 minutes 10

Cette semaine, je vous parle de votre sourire. Plus sérieusement, je vous explique comment prendre soin de vos dents pour avoir un sourire à tomber sans détruire les fonds marins.

Le problème : les dentifrices conventionnels

L’emballage et le gaspillage 

Chaque année, rien qu’en France, 189 millions de tubes de dentifrice sont jetés. Et à l’intérieur, il reste en moyenne 4% du contenu, difficilement accessible. Qui n’a pas déjà appuyé sur son tube dans tous les sens pour faire sortir du dentifrice ? Plus de 2 kg de pâte de dentifrice seraient ainsi jetés chaque seconde dans le monde, ce qui représente 70 000 tonnes de dentifrice perdu chaque année.

La composition

Au-delà de l’emballage, c’est la composition des dentifrices conventionnels qui pose problème. Voici, entre autres, les ingrédients les plus controversés. Attention, la liste est longue et peut faire très peur. Vous pouvez directement passer à la solution si vous n’avez envie que de positif pour aujourd’hui.

#1 Le fluor

Il est utilisé pour prévenir l’apparition de caries, mais ses effets sont décriés. Il fait notamment partie des 10 produits chimiques qui posent un problème majeur de santé publique selon l’OMS, aux côtés de l’arsenic et l’amiante. Le problème n’est pas directement lié à son utilisation, mais à sa surconsommation. Un surplus de fluor pourrait causer une fluorose dentaire ou osseuse qui tâche les dents ou fragilise les os. Or, le fluor est déjà présent dans les sachets de thé, le sel, ou encore l’eau du robinet. Donc, en ajoutant artificiellement du fluor dans des produits de consommation courante comme les dentifrices, on se rapproche rapidement du taux maximal recommandé, qui varie en fonction de l’âge. Puisque je ne suis pas dentiste, je vous conseille de vous faire suivre par le vôtre pour faire un bilan fluoré et déterminer si vous avez besoin, ou non, de fluor. En attendant, la meilleure des choses à faire reste de réduire votre consommation de sucre raffiné, qui favorise la formation de caries.

#2 Le dioxyde de titane

 C’est un colorant, fréquemment utilisé pour rendre le blanc plus blanc, et les couleurs plus brillantes. En gros, pour nous vendre des dentifrices aux couleurs un peu sympas. D’après une enquête de l’association Agir pour l’environnement, 2 dentifrices sur 3 vendus en France en contiendraient. Il est accusé d’être potentiellement toxique en ingestion et classé comme « peut-être cancérigène » par le Centre International de Recherche sur le Cancer. En plus de ça, son effet d’écran solaire freinerait la photosynthèse des plantes aquatiques et des coraux. Interdit dans l’alimentation depuis janvier 2020, il est pourtant toujours autorisé dans les produits cosmétiques s’il ne présente pas de risque d’inhalation.

#3 Le Sodium Lauryl Sulfate

Bonjour le dérivé d’huile de palme. C’est un tensioactif présent dans la majorité des dentifrices conventionnels pour ses effets (beaucoup trop) détergents. Il peut provoquer des micro-lésions sur les muqueuses et favoriser l’apparition d’aphtes, mais aussi inhiber les récepteurs du goût sucré et rendre les aliments amers.

#4 Le triclosan

C’est un puissant agent anti-bactérien soupçonné d’être un perturbateur endocrinien et d’augmenter notre résistance à certains antibiotiques. À des concentrations importantes, il diminue la force musculaire, pourrait perturber le rythme cardiaque et augmenter le risque d’allergies.

#5 Le propylene glycol

Cette huile minérale, produite à partir de pétrole, est couramment utilisée dans les antigels, les peintures, les vernis ou les liquides de refroidissement. Et étonnamment, on en retrouve aussi dans les cosmétiques et, surprise, dans le dentifrice. Pourtant, il est irritant pour la peau, les yeux et les muqueuses de manière générale. L’EPA, l’Agence de Protection de l’Environnement états-unienne, considère même le propylène glycol comme un produit dangereusement toxique qui doit être manipulé avec des gants, des vêtements de protection et des lunettes. Alors, vous avez encore envie d’aller vous brosser les dents ?

#6 Les micro-plastiques

On retrouve plusieurs types de micro-plastiques dans les dentifrices conventionnels, come le polyéthylène, qui est utilisé sous forme liquide pour épaissir la pâte. Inutile de vous rappeler l’impact des plastiques sur l’océan, sans parler de leur impact sur la santé humaine.

#7, 8, 9, 10…

Cette liste n’est pas exhaustive, mais je pense que vous avez compris l’idée.

La solution : les dentifrices naturels et solides

Si toutes ces informations ont éveillé votre curiosité, n’hésitez pas à aller chercher votre dentifrice et passer au crible sa composition sur l’app INCI Beauty.

En tout cas, j’ose imaginer que ça vous aura donné envie d’arrêter les dentifrices conventionnels et de passer aux dentifrices naturels et solides. Heureusement, la planète est bien faite et nous offre plein d’ingrédients sains pour que l’on puisse se laver les dents sans danger pour l’océan (ou pour notre santé). Voici les plus répandus :

  • Le carbonate de calcium : un abrasif très doux et naturel qui nettoie les dents en douceur et les fait briller
  • Le xylitol : c’est le sucre issu du bouleau, il aide à lutter contre les caries en baissant le niveau d’acidité dans la bouche et en éliminant les bactéries qui attaquent l’émail de nos dents
  • L’argile blanche et l’argile verte : idéales pour apaiser les gencives sensibles
  • Les huiles essentielles de menthe verte et menthe poivrée bio : tout ce qu’il nous faut pour une haleine vraiment fraiche

Vous pouvez évidemment faire votre dentifrice maison en récupérant une recette sur internet, mais je ne vous le conseille pas vraiment. Les dosages sont essentiels et une erreur est vite arrivée. Mieux vaut faire confiance aux pros des produits d’hygiène comme les marques de notre sélection.

Notre sélection* : en boîte ou à croquer

Les Savons de Joya

Les Savons de Joya, c’est une savonnerie familiale implantée en Normandie. Mon produit préféré ? Leur dentifrice à la menthe. Il se présente sous la forme de pâte dans une boîte métallique réutilisable. Pour l’utiliser, rien de plus simple : il suffit de passer votre brosse à dents sous l’eau, la frotter sur le dentifrice et vous brosser les dents ! Je l’ai adopté après avoir testé au moins 5 autres dentifrices zéro-déchet qui n’ont pas réussi à transformer l’essai.

© Les Savons de Joya

PAOS

La philosophie de PAOS ? “Le futur sent bon !” Le tout premier produit que la marque a développé et que j’ai découvert lors de leur campagne de financement participatif, c’est le dentifrice à croquer. Oui oui, vous avez bien lu. Il se présente sous la forme d’une pastille à croquer qui devient plus liquide et mousse une fois en bouche pour pouvoir se brosser les dents comme on en a l’habitude. Les pastilles sont fabriquées en France et, évidemment, avec des ingrédients naturels et biologiques, certifiés COSMOS Organic. Elles sont emballées dans un sachet en papier recyclable sans plastique, ni aluminium. Garantie 0 déchet et 100% plaisir.

* Vous pouvez nous faire confiancenotre sélection est 100% indépendante.

Et vous, allez-vous préférer le dentifrice en boîte ou à croquer ?

Malaury

Malaury

Co-fondatrice de Blutopia

Répondre