⏱ Temps de lecture : 3 minutes

La crise du coronavirus a boosté le marché des colis. En 2020, les volumes étaient en hausse de 12% et les revenus équivalents à 7 milliards d’euros pour 1,36 milliard de paquets distribués. Et si on creusait le sujet ensemble ?

Le problème : les colis jetables

En 2017, plus de 500 millions de colis ont été expédiés en France, générant 137 000 tonnes de déchets. En 2020, on dépassait carrément le milliard selon Xerfi. Quand on sait que la durée de vie moyenne d’un colis est de 3 jours avant d’être jeté, on imagine bien les volumes de déchets qui doivent être collectés, triés, et recyclés, enfouis ou incinérés. Pour information, 80% des commandes sont emballées dans du carton, et 20% dans du plastique.

Vous avez envie de me rétorquer que de toute façon, le carton se recycle facilement ? Certes, mais le recyclage est loin d’être la solution idéale. 

  • 32% des cartons ne sont pas recyclés et finissent incinérés ou enfouis, et ce taux risque d’augmenter. La filière de recyclage du carton est totalement submergée par les quantités à traiter. 
  • Le recyclage du carton ne permet pas sa réutilisation infinie. Les fibres de cellulose qui le constituent s’abîment à chaque recyclage, ce qui réduit sa durée de vie. En moyenne, un carton ne peut être recyclé que 7 fois selon l’ADEME
  • Le carton doit être collecté, transporté, trié puis recyclé. C’est un processus très gourmand en eau et en énergie. Chaque cycle de recyclage a un impact écologique significatif qu’il ne faut pas mettre de côté.

En 2017, plus de 500 millions de colis ont été expédiés en France, générant 137 000 tonnes de déchets. En 2020, on dépassait carrément le milliard.

Xerfi

La solution : les colis réutilisables

Et si tous nos colis étaient durables, lavables et réparables ? Ça vous paraît dingue ? Peut-être, mais j’ai envie d’y croire et je ne suis pas la seule. Il serait temps d’arrêter le tout-jetable, non ? Même s’il faut renvoyer les colis réutilisables à l’expéditeur avant qu’ils ne soient remis en circulation, ils reviennent généralement à vide sous forme d’enveloppes légères et compactes pour limiter les émissions de gaz à effet de serre. Pas de doute : c’est bien mieux que des colis en carton produits à 200 000 km de chez nous et utilisés une seule fois avant d’être jetés.

Si le site sur lequel vous commandez ne propose pas l’option, vous pouvez toujours garder vos colis pour les réutiliser. Notre cave déborde de cartons vides, de particules de calage et de papier bulle qui nous serviront à expédier les cadres photos qui ne sauveront pas l’océan. Pour être tout à fait honnête avec vous, on n’a pas encore trouvé la solution idéale pour leur conditionnement. C’est un objet très fragile qui devra être sur-emballé pour ne pas arriver en mille morceaux chez vous. On cherche encore, et quoi qu’il arrive, on fera tout pour réutiliser ce qui pourra l’être.

Notre sélection* : la France a du talent

Hipli

Hipli a créé un colis réutilisable 100 fois avec une durée de vie de 8 ans. On est quand même bien loin des 3 jours de durée de vie moyenne ! Le principe est simple. Vous choisissez l’option Hipli en passant commande sur internet. Une fois votre colis récupéré, il suffit de le renvoyer dans une boite aux lettres ou un point relais. La pochette est pré-affranchie et part en direction de leur atelier en Normandie pour être vérifiée, nettoyée et désinfectée.

Vous vous dites que le colis est en plastique, que les trajets allers-retours émettent trop de gaz à effet de serre et qu’il vaudrait mieux un colis classique ? Détrompez-vous ! Hipli a effectué une analyse de cycle de vie qui devrait vous convaincre du contraire.

Pour le moment, Hipli est à destination des marques de prêt à porter qui envoient des produits qui ne risquent pas de se casser. J’attends avec impatience les prochaines versions pour pouvoir envoyer n’importe quel produit avec !

THE BOX par Living Packets

THE BOX est un emballage intelligent, réutilisable 1 000 fois et recyclable à l’infini. Il est conçu à la fois pour réduire notre impact écologique, et pour offrir une expérience de livraison nouvelle et améliorée aux entreprises de e-commerce et leurs clients. C’est au sommet Change NOW en janvier 2020 que j’ai découvert Living Packets et j’ai tout de suite été conquise.

THE BOX élimine absolument tous les déchets d’emballage grâce à son mécanisme de maintien automatique, ses systèmes autobloquants et son affichage numérique des adresses.

Comme pour Hipli, le principe est simple. Une fois THE BOX reçue, vous pouvez la réutiliser pour envoyer ce que vous voulez à qui vous voulez, ou bien la remettre en circulation en la déposant dans un point relais.

Vous voulez des chiffres ? Produire une boîte en carton à usage unique génère plus de 260 g d’émissions de CO2. Cela ne comprend pas les adhésifs, les étiquettes ou les matériaux de rembourrage supplémentaires. Réutiliser THE BOX 1 000 fois permet d’économiser plus de 9/10 de ces émissions.

Pour aller plus loin : l’impact du commerce en ligne

🎙 Podcast : « La France Amazonienne » sur Programme B

Quand on parle de colis, on parle aussi de e-commerce. Et le géant du secteur, c’est Amazon. Dans cet épisode de Programme B, Thomas Rozec interroge le journaliste Gaspard d’Allens, qui a publié une enquête sur l’impact du e-commerce pour le site Reporterre. Aberration écologique, sociale et fiscale, l’implantation de la multinationale est de plus en plus réelle, et de plus en plus visible dans le paysage.

🗞 Article : « Le commerce par internet : un désastre écologique » sur Reporterre

Si ça a éveillé votre curiosité, je vous encourage à lire l’enquête dont il est question dans le podcast. Promotions indécentes, émissions de gaz à effet de serre liées au transport de marchandises, menace pour le coeur des villes, transports à vide pour des livraisons ultra-rapides, création de besoins artificiels… C’est ça, la réalité du commerce en ligne.

Après tout ça, je ne peux que vous conseiller de regarder autour de vous si les commerces de proximité ne vendent pas déjà ce dont vous avez besoin et que vous vous apprêtez à commander en ligne. C’est quand même plus sympa d’aller acheter quelque chose aux commerçant·e·s du coin, non ?

Des questions, des suggestions ? J’adore vous lire, alors n’hésitez pas à m’écrire en commentaire.

* Vous pouvez nous faire confiance, notre sélection est 100% indépendante.

Malaury Morin

Malaury Morin

Co-fondatrice & Content Manager de Blutopia

Leave a Reply